L'impact de la maladie pulmonaire

L'impact économic de la maladie pulmonaire

Trois importantes maladies pulmonaires chroniques ont coûté à l’économie canadienne quelque 12 milliards $, en 2010, selon une analyse du Conference Board du Canada. Dans l’ensemble, les maladies pulmonaires chroniques comptent pour plus de 6 % des coûts annuels des soins de santé, au Canada, et la MPOC est la principale cause d’hospitalisation. De plus, un grand nombre de Canadien(ne)s qui vivent avec la MPOC et avec l’asthme ne sont toujours pas diagnostiqués.

Et si les stratégies de riposte aux maladies respiratoires ne sont pas améliorées, on projette que leur fardeau économique annuel doublera d’ici à 2030. 

Des politiques pour continuer de réduire et de modifier les facteurs de risque de ces trois maladies – le cancer du poumon, l’asthme et la maladie pulmonaire obstructive chronique – pourraient réduire considérablement les coûts futurs. Les facteurs de risque associés spécifiquement à la maladie pulmonaire chronique – et, par conséquent, susceptibles d’avoir la plus grande influence sur la prévalence de la maladie – sont les taux de tabagisme, la fumée secondaire et la qualité de l’air intérieur.

En 2013, le cancer du poumon demeurait la principale cause de décès lié au cancer chez les hommes et les femmes. 
Le fardeau humain et économique du cancer du poumon, de l’asthme et de la MPOC est immense. La réduction des taux de tabagisme, la diminution de l’exposition à la fumée secondaire et l’amélioration de la qualité de l’air intérieur et extérieur permettraient d’atténuer l’impact économique de ces maladies.

L'impact humain de la maladie pulmonaire

Au delà des statistiques et des coûts économiques, il y a les nombreuses histoires de gens dont les vies sont affectées par la maladie pulmonaire. Voici quelques témoignages illustrant l’impact dévastateur de la maladie pulmonaire sur leurs vies. 

 

Dernière mise à jour : 12/10/2016