MPOC

Traitement

La MPOC ne se guérit pas, mais elle peut être traitée. Un diagnostic précoce, des changements à vos habitudes de vie et des traitements appropriés peuvent vous aider à avoir une vie normale et active, à éviter l’hospitalisation et à vivre plus longtemps.

Bien communiquer avec votre fournisseur de soins de santé

Un diagnostic de MPOC peut être bouleversant. Vous aurez probablement de nombreuses questions et les réponses pourraient ne pas toujours être claires, du moins au début. Les personnes ayant la MPOC n’ont pas toutes les mêmes symptômes et le traitement peut varier d’un individu à l’autre. Il est important que vous discutiez de vos options de traitement avec votre médecin et que vous obteniez réponse à toutes vos questions. Assurez-vous de développer une bonne relation avec votre médecin et vos autres fournisseur(-euse)s de soins de santé. Ces professionnel-les sont là pour vous aider à prendre en charge votre MPOC et à élaborer votre plan d’action et pour répondre à toutes vos questions.

Cesser de fumer

Si vous avez déjà cessé de fumer, félicitations! Vous avez fait ce qu’il y a de mieux pour améliorer votre santé et ralentir la progression de votre MPOC. Si vous fumez, le temps est venu d’arrêter.
Certaines personnes croient que, si on a déjà la MPOC, il ne sert à rien de cesser de fumer – mais c’est faux. Abandonner la cigarette prévient des dommages ultérieurs aux poumons et réduit les chances que vous développiez des infections respiratoires, de la toux et des accumulations de mucus. Cesser de fumer est la chose la plus importante que vous puissiez faire pour améliorer votre santé, mais nous savons que ce n’est pas facile.

La bonne nouvelle est qu’il existe des intervenant-es, des programmes et des médicaments qui peuvent vous aider. Vos chances de succès sont plus grandes si vous combinez diverses méthodes, comme les services de counseling et de soutien et la thérapie de remplacement de la nicotine (gomme ou timbre) ou d’autres médicaments.

Si vous avez besoin d’aide pour cesser de fumer, adressezvous à :

  • L’Association pulmonaire du Canada, au 1-866-717- 2673 
  • Votre médecin de famille ou votre pharmacien-ne
  • Un groupe de soutien local ou un-e spécialiste de l’abandon du tabagisme
  • Votre famille et vos ami-es pour du soutien continu

Les traitements médicaux pour vous aider à cesser de fumer incluent :

  • La thérapie de remplacement de la nicotine, comme le timbre, la gomme ou les pastilles à la nicotine. Ces médicaments sont vendus sans ordonnance dans la plupart des pharmacies.
  • Le chlorhydrate de bupropion et le tartrate de varénicline : Ces médicaments d’ordonnance réduisent vos envies de fumer en agissant sur la partie de votre cerveau qui est associée aux dépendances.

La plupart des gens essaient d’arrêter de fumer à plusieurs reprises. Si vous avez essayé et échoué, sachez que vous n’êtes pas seul-e et ne vous découragez pas. Cesser de fumer devient un peu plus facile à chaque fois. Avec chaque tentative, vous augmentez vos chances de réussite.La plupart des gens font quatre ou cinq tentatives avant d’arrêter pour de bon.

Vaccins contre la grippe et la pneumonie

Les vaccins (piqûres) contre la grippe et la pneumonie aident à vous protéger contre ces maladies et réduisent vos risques de poussée. Le vaccin contre la grippe est à recevoir chaque année. La plupart des gens n’ont besoin de recevoir le vaccin contre la pneumonie qu’une seule fois, mais certaines personnes peuvent avoir besoin d’une dose de rappel (seconde dose). Demandez à votre médecin si vous
aurez besoin d’une dose de rappel.

Oxygène d’appoint

Les personnes ayant la MPOC n’ont pas toutes besoin d’être « branchées sur l’oxygène ». Toutefois, si vous avez des dommages aux poumons dus à la MPOC et si vous avez un faible taux d’oxygène dans votre sang, vous pourriez avoir besoin d’oxygène d’appoint pour rétablir ce taux. Comme tout autre traitement contre la MPOC, l’oxygénothérapie à domicile ne vous guérit pas, mais peut améliorer votre
qualité de vie et vous aider à vivre plus longtemps. Si votre médecin vous prescrit l’oxygénothérapie à domicile, il est très important de la considérer comme n’importe quel autre médicament d’ordonnance.

Ceci signifie que vous devez utiliser votre oxygène à domicile comme prescrit par votre médecin, c’est-à-dire au débit et à la fréquence recommandés. Selon votre état, ce pourrait être toute la journée, la nuit seulement ou en cas d’efforts particuliers (par exemple, marcher ou bouger beaucoup). 

L’oxygénothérapie ne remplace aucun autre traitement prescrit. Elle s’ajoute à vos autres prescriptions d’inhalateurs et/ou de réadaptation pulmonaire. Votre oxygénothérapie à domicile et vos autres prescriptions forment un tout. S’il est déterminé que vous avez besoin d’oxygénothérapie à domicile pour augmenter le niveau d’oxygène dans votre sang, vous devrez discuter avec le/la professionnel-le de la santé d’une compagnie d’oxygénothérapie à domicile pour déterminer l’équipement qui vous convient le mieux. L’oxygénothérapie est généralement livrée sous forme de gaz à partir d’une bouteille ou d’un concentrateur. Dans la plupart des cas, vous respirerez l’oxygène à l’aide d’une pince nasale insérée dans vos narines, mais vous pourriez parfois avoir besoin d’un masque recouvrant votre bouche
et votre nez. Respirer ce supplément d’oxygène élèvera le faible niveau d’oxygène dans votre sang, atténuera les efforts du corps et facilitera votre respiration.

Puisque le corps ne peut pas emmagasiner d’oxygène, la thérapie fonctionne seulement lorsque vous l’utilisez. Si vous retirez votre masque ou votre pince nasale, le niveau d’oxygène dans votre sang diminuera en quelques minutes. Comme tout autre médicament d’ordonnance, l’oxygène doit être utilisé soigneusement et correctement. Vous devrez suivre les instructions et respecter les mesures de
sécurité. Si vous avez des questions au sujet de l’utilisation appropriée de vos inhalateurs ou d’autres traitements, adressez-vous à un membre de votre équipe de soins en MPOC.
 

Chirurgie

Greffe de poumon

La greff e de poumon n’est pas un remède mais plutôt un traitement. Elle peut être une option pour certaines personnes ayant une MPOC de stade avancé qui ne fument plus et qui ne survivraient pas sans greff e. Pour être admissible à une greff e de poumon, vous devez d’abord remplir des critères spécifi ques; vous serez ensuite inscrit-e sur une liste d’attente. L’attente peut être longue. Lors
d’une greff e de poumon, le/la chirurgien-ne retire un poumon, ou les deux, puis les remplace par des poumons sains. La chirurgie comporte des risques. Les personnes greff ées doivent prendre des immunosuppresseurs (médicaments antirejet) pour le reste de leur vie.

Chirurgie de réduction du volume pulmonaire

Ce type de chirurgie aide certain-es patient-es ayant la MPOC à mieux respirer. Si votre médecin détermine que vous y êtes admissible, ce type de chirurgie peut réduire votre essouffl ement. Lors de la chirurgie, des morceaux de tissus endommagés sont retirés des poumons. Ceci permet aux tissus sains de « mieux fonctionner ».

Dernière mise à jour : 21/11/2019