Vivianne Toupin - Vancouver, B.C.

roniquement, c’est seulement en consultant mon médecin pour un problème cardiaque que j’ai appris que j’avais aussi une maladie pulmonaire chronique. C’était il y a 17 ans. À vrai dire, pendant les neuf ans qui ont suivi, j’ai ignoré la MPOC et j’ai choisi de me concentrer sur la prise en charge de ma maladie cardiaque. Aujourd’hui, je m’occupe de ma MPOC.

Savoir, c’est pouvoir : si vous avez la MPOC, plusieurs choses peuvent vous aider à avoir une vie remplie et confortable. Ma philosophie de vie est « Plus j’en fais, plus je suis capable d’en faire ». Peu importe les activités que vous êtes capable de faire, pratiquez-les le plus souvent possible. La recherche démontre que l’exercice peut vraiment aider avec la MPOC, et je crois que l’aspect social de l’exercice est bénéfique aussi. Bougez et vous vous sentirez mieux – même si ça veut dire de commencer par une simple marche jusqu’au coin de la rue.

Dernière mise à jour : 05/06/2019