Lena McCullum - Ottawa, Ontario

 

J’avais 22 ou 23 ans lorsque j’ai eu mon premier affaissement pulmonaire. Mon fils n’avait que deux ans et nous étions allés glisser en toboggan. Je l’avais tiré jusqu’en haut de la pente, et quand je suis rentrée à la maison, j’avais de la difficulté à respirer. On m’a transportée à l’hôpital, où j’ai appris que mon poumon s’était affaissé.

De la vingtaine à la quarantaine, j’ai eu quatre affaissements pulmonaires. Le médecin m’avait conseillé d’arrêter de fumer, mais je continuais de me dire, « juste un dernier paquet » ou « j’arrêterai demain ».

J’ai reçu un diagnostic de MPOC il y a environ 15 ans. J’avais passé des examens médicaux avant d’aller visiter ma famille en Nouvelle-Écosse. À mon retour, je pensais que j’avais une bronchite. J’ai consulté un autre médecin, qui a vu les résultats de mes tests. Il m’a dit : « Je vois que vous faites de l’emphysème*. » Ce fut tout un choc.

Mon père est décédé d’emphysème; deux de mes tantes et deux de mes oncles aussi. Je savais ce que c’était, mais je n’avais jamais vraiment pensé que ça pourrait m’arriver.

Tous les membres de ma famille étaient fumeurs. Mes deux sœurs avaient arrêté de fumer plusieurs années auparavant, car elles avaient vu notre père mourir d’emphysème. Mais je n’étais pas à ses côtés lorsqu’il était mourant. Je n’avais pas réalisé à quel point la MPOC peut rendre la respiration difficile – c’est comme respirer dans une paille.

J’aime venir au centre de réadaptation pulmonaire de l’Association pulmonaire, pour socialiser avec d’autres personnes atteintes de MPOC et pour faire de l’exercice.

J’adore marcher. Mais il y a deux ans, je me suis levée un matin et je ne pouvais même plus marcher jusqu’au magasin du coin. Aujourd’hui, je prends de l’oxygène. Sans cela, j’aurais de la difficulté à respirer.

J’ai la chance d’avoir l’appui de mes amis et de ma famille, en particulier de ma fille Tammy, avec qui je vis.

Si je pouvais dire une seule chose aux fumeurs, ce serait : « s.v.p., arrêtez de fumer ». C’est ce que je dis à mon plus jeune fils, Shawn, qui n’a que 36 ans mais qui a déjà eu la pneumonie et la bronchite.

Dernière mise à jour : 25/09/2014