FPI

Vivre avec la FPI

Il y a des choses simples que vous pouvez faire pour vivre une vie en meilleure santé avec la FPI.

Cette section en aborde quelques-unes, notamment la gestion des symptômes, le maintien de la santé et le regard vers l’avenir.

Comment puis-je gérer mes symptômes?

Gérer l’essoufflement

Se sentir essoufflé-e peut être frustrant ou effrayant. Apprendre à gérer votre essoufflement peut vous aider à vous sentir moins frustré-e ou moins anxieux(-euse).

Un moyen simple de gérer votre essoufflement est de contrôler votre rythme.

  • Contrôler votre rythme, ça signifie prendre votre temps, ne pas vous dépêcher. Ceci demande de la planification.
  • Contrôler votre rythme signifie choisir les activités importantes et les faire. Les autres activités peuvent être retardées ou quelqu’un d’autre pourrait peut-être s’en occuper.
  • Si vous souhaitez en savoir plus sur l’art de prendre son temps, téléchargez notre Guide pour vivre avec la FPI (en anglais).

Un autre moyen simple est le contrôle de votre souffle.

  • Contrôler votre souffle signifie porter attention à votre respiration et la ralentir. Une respiration rapide vous donne l’impression d’être essoufflé-e. Vous sentir essoufflé-e peut vous rendre anxieux(-euse). Le fait d’être anxieux(-euse) peut vous faire respirer plus vite. Cela crée un cercle vicieux. Le contrôle de la respiration permet d’arrêter ce cycle.

Gestion de la toux

Une toux qui ne s’arrête pas est dérangeante et peut affecter votre vie sociale. Malheureusement, il n’existe aucun médicament capable d’arrêter complètement la toux due à la FPI.

Voici quelques conseils pour aider à réduire la toux :

  • Arrêtez de fumer. Restez loin de la fumée secondaire. Un éducateur ou une éducatrice certifié-e en abandon du tabagisme ou un-e autre conseiller(-ère) en matière de dépendance peut vous aider à développer un plan pour réduire votre exposition à la fumée. Cliquez ici pour obtenir de l’aide.
  • Évitez les irritants. Travaillez avec votre équipe de soins de santé pour déterminer si certains éléments de votre environnement (maison, travail ou loisir) sont à l’origine de votre toux. Elle peut vous aider à trouver des moyens d’éviter ces éléments.
  • Relaxation et contrôle de la respiration. Avoir une toux chronique qui interfère avec la vie quotidienne et les activités sociales peut être frustrant. Pour de nombreuses personnes, le contrôle de la respiration et la relaxation aident à réduire la toux et l’anxiété. Consultez la page 29 du Guide de l’Association pulmonaire du Canada pour vivre avec la FPI (en anglais) pour plus d’information sur la relaxation.

Votre équipe de soins de santé peut explorer d’autres causes de la toux chronique. Celles-ci comprennent :

  • Vérifier si quelque chose d’autre n’est pas à l’origine de la toux, par exemple un écoulement post-nasal, un reflux acide (brûlements d’estomac).
  • Déterminer si un médicament que vous prenez est à l’origine de votre toux, par exemple un médicament pour la tension artérielle.

Comment puis-je éviter de devenir malade?

Il y a plusieurs choses que vous pouvez faire pour rester en aussi bonne santé que possible. Il s’agit de choses simples et d’autres qui sont moins simples. Tout d’abord, jetons un coup d’œil rapide à certaines choses simples que vous pouvez faire :

  • Se laver les mains correctement peut vous aider à ne pas contracter d’infections. Pour savoir quand se laver les mains, cliquez ici. Pour obtenir une affiche sur la façon de se laver correctement les mains, cliquez ici.
  • Gardez vos distances des personnes qui ont un rhume ou la grippe ou d’autres maladies que vous pourriez attraper. Demandez à votre famille et à vos ami-es de vous rendre visite uniquement lorsqu’ils ou elles n’ont pas de maladie.
  • Parlez des vaccins contre la grippe et la pneumonie avec votre équipe de soins de santé. Le vaccin contre la grippe doit être répété chaque année. Il existe deux types de vaccins contre la pneumonie. Vous pourriez avoir besoin des deux. Votre équipe peut vous aider à décider ce qui est le mieux pour vous.
  • Mangez tous les jours des aliments sains, notamment des fruits, des légumes, des céréales complètes et des protéines. Vous devrez peut-être prendre des repas plus petits et des collations, pour faciliter votre respiration. Parlez de l’alimentation pour la santé pulmonaire avec votre équipe de soins de santé.
  • Faites régulièrement de l’exercice. Cela peut être aussi simple que de marcher pendant au moins 150 minutes par semaine. Ou 30 minutes par jour, 5 jours par semaine. Votre équipe de soins de santé peut vous aider à élaborer un plan.
  • Maintenez de bonnes habitudes de sommeil. Il est utile d’avoir des heures de sommeil régulières. Ne pas boire trop de caféine (café, thé, boissons gazeuses avec caféine) ou éviter de manger du chocolat avant de se coucher peut aider. Faire des exercices de relaxation, prendre un bain, écouter de la musique ou lire un livre avant de se coucher peut aider.

Ce qui est moins facile à faire, c’est de rester à l’écart des choses qui aggravent vos symptômes. Des choses comme la fumée, les produits chimiques, le temps, le stress et les émotions.

  • La meilleure chose que vous puissiez faire pour vos poumons est d’arrêter de fumer. Pour la plupart des gens, c’est un travail difficile. Demandez à votre équipe de soins de santé des informations sur les programmes et les médicaments qui peuvent vous faciliter la tâche. Vos poumons et le reste de votre corps vous remercieront d’avoir arrêté de fumer. Pour de plus amples renseignements sur l’abandon du tabac, consultez poumon.ca/sante-pulmonaire/tabagisme-et-tabac.
  • Évitez les substances dans l’air qui peuvent provoquer des symptômes. Cela inclut :
    • La fumée secondaire – ne laissez personne fumer dans votre logement ou votre auto.
    • Le smog ou la pollution de l’air – essayez de rester à l’intérieur, les jours où la qualité de l’air est mauvaise; faites vos marches ou votre exercice dans un parc, loin des émanations de véhicules.
    • Odeurs fortes et produits chimiques – choisissez des produits de nettoyage qui contiennent moins de produits chimiques, si possible.
    • Les jours où il fait très froid ou très chaud, évitez de faire de l’exercice dehors.
  • Gérez votre stress et vos émotions. Avoir une maladie pulmonaire chronique est stressant. Le fait d’être essoufflé-e peut causer de l’anxiété. Le stress émotionnel, comme l’excitation ou la colère, peut entraîner un essoufflement. Vous pouvez briser le cycle de l’essoufflement et de l’anxiété en utilisant certaines techniques de relaxation. Consultez la page 29 du Guide de l’Association pulmonaire du Canada pour vivre avec la FPI (en anglais) pour plus d’information sur la relaxation.

Quand devrais-je demander de l’assistance médicale?

Si vous et votre équipe de soins de santé avez développé un plan pour gérer une poussée de vos symptômes, suivez ce plan.

Si vous n’avez pas de plan en cas de poussée de vos symptômes, vous devriez communiquer avec un-e membre de votre équipe de soins de santé si vos symptômes s’aggravent pendant 2 jours (48 heures). Cela signifie que vous devriez appeler votre équipe :

  • Si vous êtes plus essoufflé-e en faisant des choses que vous faites habituellement, et si cela se prolonge deux jours. OU
  • Si votre toux est plus grave pendant deux jours. OU
  • Si vous crachez des expectorations ou du mucus qui est coloré. OU
  • Si votre toux ou votre essoufflement est accompagné de fièvre.

 

Dernière mise à jour : 12/12/2021