Nouvelle réglementation sur le vapotage : un pas de plus vers une génération sans nicotine

L’Association pulmonaire du Canada se réjouit de l’annonce faite par Santé Canada de deux mesures importantes et potentiellement salvatrices qui contribueront à protéger les jeunes contre les méfaits du vapotage. Il s’agit de restrictions ciblant la concentration en nicotine et les arômes – deux éléments qui, s’ils ne sont pas réglementés, continueront à menacer la santé pulmonaire des jeunes Canadien-nes.

Cette annonce finalise une mesure réglementaire qui réduirait la concentration maximale en nicotine à 20 mg/mL dans les produits de vapotage, alignant ainsi les normes canadiennes sur celles d’autres ressorts comme l’Union européenne. La réglementation existante permet un taux de nicotine trois fois supérieur, ce qui entraîne une surexposition chez les jeunes utilisateur(-trice)s.

La nicotine est une drogue qui crée une forte dépendance. Cette réglementation additionnelle empêchera une nouvelle génération de jeunes utilisateur(-trice)s de devenir dépendante à vie à cette substance par le biais du vapotage ou d’une éventuelle transition vers la cigarette régulière.

« Comme nous le répétons depuis longtemps, il est temps pour chacun-e d’entre nous de sortir la tête du nuage et d’apporter des changements décisifs pour aider à protéger nos jeunes. Les mesures annoncées aujourd’hui contribuent à cet objectif », affirme Terry Dean, président-directeur général de l’Association pulmonaire du Canada.

De plus, Santé Canada a annoncé une interdiction des arômes, à l’exception de ceux de menthe, de menthol et de tabac.

Les arômes sont un des outils de marketing les plus puissants pour attirer les jeunes. Ils font partie des principales raisons pour lesquelles les jeunes commencent à utiliser des produits de vapotage et continuent à le faire.

L’Association pulmonaire du Canada milite depuis longtemps pour une interdiction complète des arômes, à l’exception de celui de tabac. L’inclusion continue de l’arôme de menthe/menthol demeure préoccupante, car il s’agit du deuxième arôme le plus populaire chez les jeunes. Son retrait rendrait encore plus efficaces des mesures déjà sévères.

« Nous sommes impatient-es de collaborer avec le gouvernement, lors des consultations, à faire en sorte que ces restrictions soient solides et renforcées et qu’elles éliminent les arômes de menthe et de menthol, que nous savons attirants pour les jeunes », ajoute Dean.

Pour plus d’informations sur le vapotage, visitez www.poumon.ca/vapotage.

Dernière mise à jour : 21/06/2021