Le vapotage: Il faut agir dès maintenant

Nous demeurons grandement préoccupés par les méfaits du vapotage. De récents décès et le nombre croissant d’hospitalisations aux États-Unis, de même qu’un possible cas d’hospitalisation au Canada, nous incitent à sonner l’alarme et à répondre à cet enjeu de toute urgence. La santé de nos jeunes en dépend.

Plus tôt aujourd’hui, nous nous sommes adressés à des décideurs du Parlement avec d’autres organismes aux visées similaires (Action on Smoking and Health, Société canadienne du cancer, Association médicale canadienne, Coalition québécoise pour le contrôle du tabac, Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, Ontario Campaign for Action on Tobacco et Médecins pour un Canada sans fumée).

Il faut agir dès maintenant. Des preuves suffisantes démontrent que le vapotage est néfaste à la santé. Nous exhortons tous les chefs de partis à s’engager immédiatement, s’ils ou elles forment le prochain gouvernement, à émettre une ordonnance provisoire dans les 60 jours afin d’assujettir les produits de vapotage aux mêmes types de restrictions que les produits du tabac. Ceci inclurait entre autres des mesures pour éliminer la promotion et la publicité, pour restreindre le choix d’arômes et pour limiter la concentration en nicotine.

Bien que notre réponse urgente s’appuie en partie sur des rapports venant des États-Unis, il serait négligent de croire que cette dangereuse tendance n’affecte pas le Canada. La faible réglementation, les arômes attrayants, la publicité et l’éducation défaillante ont placé les produits de vapotage directement dans les mains des jeunes Canadiens et Canadiennes. De fait, entre 2017 et 2018, les taux de vapotage ont bondi (de 74 %) chez les jeunes de 16 à 19 ans. Nous sommes également au courant des récents faits entourant un cas d’hospitalisation lié au vapotage, au Canada. Nous ne pouvons nous prononcer sur ce cas particulier, mais il renforce notre détermination à agir de toute urgence.

Le vapotage implique l’inhalation d’une drogue très toxicomanogène, la nicotine, qui peut créer une dépendance à la cigarette régulière. Il serait immoral de permettre à l’industrie du vapotage de renverser les gains de plusieurs décennies de lutte contre le tabagisme en rendant dépendante une nouvelle génération de Canadien-nes.

Par ailleurs, les problèmes soulevés par l’inhalation d’aérosol et de produits chimiques contenus dans les dispositifs de vapotage auront assurément des effets néfastes sur la santé pulmonaire.

Le vapotage a pris des proportions épidémiques; nous devons agir avec le degré d’urgence que requiert une épidémie. Nous devons protéger les jeunes Canadien-nes contre les effets à court terme connus, comme la toux et l’aggravation des symptômes d’asthme, de même que contre de possibles effets à long terme. Nous avons besoin d’un engagement à des restrictions sévères, à des recherches rehaussées et à de meilleurs efforts d’éducation.  

 

Parallèlement à notre plaidoyer auprès du Parlement, nous vous prions de tenir compte du vapotage et de ses méfaits chez les jeunes dans vos conversations avec vos candidat-es à l’élection fédérale.

 

Terry Dean

Président et directeur général

Association pulmonaire du Canada

Dernière mise à jour : 19/09/2019