L’Association pulmonaire du Canada et ses partenaires exhortent le gouvernement fédéral à concrétiser les recommandations Endgame

Ottawa, ON – En cette Semaine nationale sans fumée, l’Association pulmonaire du Canada et ses partenaires exhortent le gouvernement fédéral à élaborer une solide stratégie renouvelée de lutte contre le tabagisme. L’actuelle Stratégie fédérale de lutte contre le tabagisme prend fin en mars.

« Tobacco Endgame » est un ensemble de recommandations qui donnerait lieu à une prochaine stratégie fédérale de lutte contre le tabagisme solide, efficace et reflétant les connaissances, les données de recherche et les ressources du 21e siècle. Son objectif ultime est de réduire la consommation de tabac à moins de 5 % d’ici 2035. À l’heure actuelle, 18 % de la population est fumeuse, soit 5,4 millions de Canadiens. Malgré une baisse de la prévalence du tabagisme, ces dernières années, les taux stagnent parmi certaines populations vulnérables – ce qui illustre la nécessité d’une approche plus ciblée. Dans certaines régions du pays, près des deux tiers de la population sont fumeurs.

« La nouvelle stratégie fédérale de lutte contre le tabagisme doit reconnaître cette réalité et aller au-delà des approches actuelles. Elle doit imposer des mesures plus strictes à l’industrie du tabac, tout en offrant un soutien rehaussé aux personnes dont la santé, et à terme, la vie sont affectées par le tabagisme », affirme Terry Dean, p.-d.g. du bureau national de l’Association pulmonaire.

« Nous approchons d’un jalon important et le gouvernement doit se pencher sur l’élaboration d’une robuste stratégie renouvelée. Nous avons besoin d’un leadership fédéral solide, couplé à des mesures novatrices pour atteindre la cible des 5 %. Sans ces actions audacieuses, plus de 45 000 Canadiens continueront de mourir chaque année de causes liées au tabagisme – ce qui est inacceptable », signale Mary Lewis, agente en chef de mission et de recherche, Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada.

En vérité, le tabagisme demeure la principale cause de décès et d’invalidité au Canada. « L’industrie du tabac continue de s’en prendre aux Canadiens, en particulier aux jeunes et aux femmes, et il en coûte plusieurs milliards de dollars par année à notre économie », ajoute Mme Lewis. Plus d’investissements et d’innovations sont nécessaires en termes d’abandon du tabagisme, de réforme de la vente au détail, de législation antitabac, de hausses de prix, de restrictions publicitaires et d’éducation du public. Ailleurs dans le monde, certains pays osent, en relevant à 21 ans l’âge légal pour acheter des produits du tabac et en imposant des mesures de recouvrement des coûts qui rendent plus difficile à l’industrie du tabac de rester rentable.

« Nous avons besoin que tous les paliers de gouvernement collaborent à faire du Canada un endroit où il fait bon respirer. La santé des Canadiens doit être notre priorité collective », poursuit M. Dean. « Lorsque consommés comme prévu, les produits du tabac tuent la moitié de leurs utilisateurs à long terme. Mais les politiques réglementaires et financières actuelles ne reflètent pas ce niveau de préjudice. Si nous n’agissons pas immédiatement, l’industrie du tabac continuera de prospérer dans le cadre actuel. »

Le cabinet « Tobacco Endgame » se compose d’éminents organismes de bienfaisance en santé (notamment l’Association pulmonaire, la Société canadienne du cancer et la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada) ainsi que d’établissements d’enseignement. Ses recommandations exhaustives traitent de santé, d’éducation, de prévention, d’abandon du tabagisme et de mesures financières.

 

 

Dernière mise à jour : 22/01/2018