L’Association pulmonaire appelle à l’action pour réduire le diagnostic erroné de l’asthme

Ottawa, ON – Une nouvelle recherche publiée dans le Journal of the American Medical Association démontre que des personnes continuent de recevoir un diagnostic erroné d’asthme. Les conclusions de l’étude Reevaluation of Diagnosis in Adults with Physician-Diagnosed Asthma révèlent que 33 p. cent des personnes ayant récemment reçu un diagnostic d’asthme n’ont pas la maladie. Dans certains cas, cela signifie que l’asthme était en rémission; dans d’autres cas, on a conclu que l’asthme a été mal diagnostiqué. Bon nombre de diagnostics erronés seraient uniquement basés sur les symptômes du patient et sur les observations du médecin, plutôt que sur un test de spirométrie.

Ces conclusions confirment par ailleurs qu’il faut faire plus pour assurer la disponibilité et l’accessibilité du test de spirométrie pour tous les Canadiens, d’un océan à l’autre. Les lignes directrices sur l’asthme de la Société canadienne de thoracologie recommandent l’utilisation de tests de la fonction pulmonaire, principalement la spirométrie, pour confirmer le diagnostic d’asthme. De plus, l’asthme devrait être surveillé sur une base continue afin d’assurer un traitement adéquat en tout temps. L’asthme demeure mécompris à toutes les étapes du processus – du diagnostic au traitement.

« Nous devons tous faire mieux, dans la prise en charge de l’asthme au Canada. L’asthme est une maladie pulmonaire relativement répandue, mais des lacunes persistent dans les connaissances à propos de son diagnostic et de son traitement », affirme Debra Lynkowski, p.-d.g. du bureau national de l’Association pulmonaire. « Un diagnostic exact est primordial à un plan de traitement approprié. Essentiellement, chaque Canadien qui a des symptômes d’asthme devrait passer un test de spirométrie. »

Financée en partie par l’Association pulmonaire, l’étude s’ajoute à un rapport récemment publié par l’organisme, qui révèle que la majorité des Canadiens ayant l’asthme ont un faux sentiment de maîtrise de leur maladie. D’après le rapport sur l’asthme publié en octobre 2016, neuf Canadiens sur dix ayant l’asthme ne le maîtrisent pas. Cela peut entraîner une diminution de la qualité de vie quotidienne et des visites à la salle d’urgence.

« Nous observons une lacune flagrante dans les connaissances à toutes les étapes du processus de cette maladie relativement répandue », ajoute Mme Lynkowski. « L’asthme est une maladie pulmonaire sérieuse et les Canadiens qui en sont atteints méritent un diagnostic adéquat pour pouvoir le maîtriser. À l’Association pulmonaire, il est clair que nos efforts d’éducation et de plaidoyer sont loin d’être terminés; nous nous engageons à militer au nom de tous les Canadiens pour que les responsables des politiques tiennent compte de la santé pulmonaire de la population canadienne dans leurs décisions. »

Les Canadiens ayant l’asthme devraient s’assurer de prendre leurs médicaments comme prescrits – et s’ils n’ont jamais passé de test de spirométrie, ils devraient en demander un à leur médecin.

L’Association pulmonaire est engagée à faire en sorte que les Canadiens reçoivent une éducation et des soins adéquats pour leurs maladies pulmonaires, y compris l’asthme. Les Canadiens qui ont des questions au sujet de l’asthme ou de la spirométrie sont invités à téléphoner à la Ligne d’assistance de l’Association pulmonaire, au 1-866-717-2673.

-30-

Demandes de médias

Marketa Stastna

Gestionnaire du marketing et des communications

mstastna@lung.ca; 613-569-6411 (poste 252)

Dernière mise à jour : 17/01/2017