Hausse du vapotage parmi les adolescent-es : l’Association pulmonaire du Canada demande des actions immédiates

Ottawa, ON – L’Association pulmonaire du Canada est très préoccupée par l’augmentation continue du taux de vapotage chez les jeunes Canadien-nes. Une étude dont vient de faire état la revue médicale spécialisée JAMA Pediatrics a observé que les jeunes Canadien-nes continuent à utiliser la cigarette électronique à un taux alarmant.

« Ces résultats sont très inquiétants. Ils montrent que nous devons faire collectivement beaucoup plus pour protéger nos jeunes – et que le moment est maintenant », déclare Terry Dean, président et directeur général de l’Association pulmonaire du Canada.

« À une époque où la santé pulmonaire des Canadien-nes, et même du monde entier, est au premier plan, il nous incombe à tous et toutes de prendre au sérieux l’épidémie de vapotage. »

L’Association pulmonaire du Canada n’a cessé de tirer la sonnette d’alarme concernant cette question, notamment en collaborant avec des organismes partageant cette même position, pour s’adresser aux décideurs et décideuses parlementaires et en développant conjointement avec la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC une campagne nationale qui met en lumière les dangers des arômes attirants pour les jeunes, dans les produits de vapotage. En plus de restrictions inadéquates concernant les arômes, les niveaux actuels de nicotine autorisés dans les produits de vapotage sont trois fois supérieurs à ceux autorisés en Europe.

Malgré les efforts collectifs d’éducation à la santé publique, la nouvelle étude a démontré que le nombre de Canadien-nes de 16 à 19 ans qui ont déclaré avoir vapoté au cours du mois précédent a plus que doublé depuis 2017, passant de 8,4 % à 17,8 % en 2019. L’étude indique également que le nombre de jeunes ayant essayé le vapotage a augmenté de manière considérable depuis 2017, passant de 29,3 % à 40,6 %. Cela signifie que plus de quatre jeunes sur dix ont essayé le vapotage.

« Ces résultats sont alarmants, mais malheureusement pas étonnants, ajoute M. Dean. Ces données démontrent une fois de plus que notre travail est loin d’être terminé et que l’éducation ne suffit pas. Nous avons besoin de mesures plus strictes pour limiter l’accès des jeunes, notamment une interdiction plus complète des arômes, une limitation de la promotion et une réduction des quantités maximales de nicotine permises. »

Pour plus d’information sur la cigarette électronique, les ressources et la protection des jeunes contre la dépendance à la nicotine, visitez https://www.poumon.ca/vapotage.

 

-30-

Dernière mise à jour : 07/05/2020