Asthme

À propos de l’asthme

L’asthme est une maladie chronique (à vie).

L’asthme varie d’une personne à l’autre et peut évoluer au fil du temps. Par exemple, plusieurs personnes atteintes d’asthme ne ressentent aucun symptôme pendant de longues périodes.

Il n’existe pas de remède contre l’asthme, mais il est possible de le maîtriser. La meilleure façon de gérer vos symptômes est de suivre votre Plan d’action contre l’asthme. En maîtrisant bien votre asthme, il se peut que vous n’ayez aucun symptôme. Une bonne maîtrise de l’asthme est la clé d’une vie active.

Pour plus d’informations à ce sujet, consultez la ressource Maîtrise et gestion de l’asthme.

Quels sont les effets de l’asthme sur les poumons?

Si vous êtes atteint-e d’asthme, cela signifie que vos voies aériennes (conduits respiratoires) sont très sensibles et qu’elles deviennent hyperréactives lorsque quelque chose les dérange. Elles peuvent :

  • Enfler et se remplir de mucus – c’est ce que l’on appelle l’« inflammation ». L’enflure et le mucus font rétrécir les voies aériennes en épaississant leurs parois internes (voir le diagramme). Cela les rend encore plus sensibles.
  • Se resserrer – Les muscles qui entourent vos voies aériennes se contractent, ce qui fait qu’elles se resserrent encore plus.
    • Le rétrécissement des voies aériennes rend la respiration plus difficile et entraîne d’autres symptômes d’asthme.

Quels sont les symptômes de l’asthme?

Les symptômes courants de l’asthme sont la toux, la respiration sifflante, l’oppression thoracique et l’essoufflement. 

Tous ces symptômes ne se présentent pas nécessairement chez tous les individus. La plupart des personnes atteintes d’asthme ont des symptômes qui fluctuent selon la période de l’année ou même au fil du temps. Les symptômes peuvent également varier en fonction de l’environnement et d’éléments comme les conditions météorologiques, la fumée et l’exercice physique. (Pour plus d’informations à ce sujet, consultez la rubrique sur les déclencheurs.) Examinons les symptômes de plus près. 

Symptôme

Enfants d’âge préscolaire

Enfants de 6 à 12 ans

Adolescent-es et adultes

Toux chronique – habituellement une toux sèche. Elle peut s’accompagner de mucus. Elle s’aggrave souvent la nuit ou tôt le matin.

La toux associée au rhume dure généralement jusqu’à deux semaines.

La toux est chronique (de longue durée) si elle dure plus de quatre semaines.

 

La toux est chronique si elle dure plus de quatre semaines.

 

La toux est chronique si elle dure plus de huit semaines.

Respiration sifflante – un sifflement aigu dû au passage de l’air dans des voies aériennes rétrécies.

Signe courant chez les jeunes enfants dont les voies aériennes sont rétrécies. Il se peut qu’on l’entende sans stéthoscope.

Il se peut qu’on ne l’entende pas sans stéthoscope, sauf si l’asthme est mal maîtrisé.

Il se peut qu’on ne l’entende pas sans stéthoscope, sauf si l’asthme est mal maîtrisé.

Oppression thoracique – difficulté à respirer.

 

Les prestataires de soins pourraient remarquer une respiration rapide.

L’enfant pourrait avoir du mal à respirer ou ressentir une douleur à la poitrine ou un serrement à la gorge.

La personne pourrait avoir du mal à respirer, ressentir une douleur à la poitrine ou être incapable de respirer profondément.

Essoufflement – incapacité à reprendre facilement son souffle.

Les prestataires de soins pourraient remarquer une respiration rapide. Les autres signes incluent des difficultés liées à l’allaitement et au sommeil, ou un enfant qui demande à être porté davantage ou qui ne joue pas avec la même intensité que les autres enfants de son âge.

L’enfant pourrait avoir du mal à suivre ses pair-es lors d’activités.

La personne pourrait avoir du mal à suivre ses pair-es lors d’activités.

Comment l’asthme est-il diagnostiqué?

Il est important de consulter votre médecin pour obtenir un diagnostic, car de nombreuses maladies pulmonaires ont des symptômes similaires. Votre équipe soignante examinera vos symptômes avec vous. L’historique des symptômes est la première étape du diagnostic de l’asthme. La prochaine étape consiste à vérifier :

  1. si une obstruction de vos voies aériennes ralentit le débit d’air dans vos poumons ET
  2. si le débit d’air s’améliore après le traitement ou évolue au fil du temps.

Voici les tests qui servent à vérifier l’obstruction ou l’amélioration du débit d’air.

Spirométrie – Ce test vise à mesurer la vitesse et la quantité d’air que vous pouvez expulser de vos poumons. La spirométrie est le meilleur moyen de diagnostiquer l’asthme; elle convient à la plupart des personnes de 6 ans et plus. Elle peut être effectuée dans une clinique ou un laboratoire de fonction pulmonaire.

Deux méthodes permettent de vérifier si le traitement améliore le débit d’air.

  • Vous inhalerez un médicament pour détendre rapidement les muscles contractés autour de vos voies aériennes. Après environ 15 minutes, on répétera le test pour voir comment vos voies aériennes réagissent.
  • Vous inhalerez un médicament pour réduire l’inflammation (enflure) de vos voies aériennes. Vous prendrez ce médicament tous les jours pendant quelques semaines, puis on répétera le test pour voir comment vos voies aériennes réagissent.

Suivi du débit de pointe – Ce test utilise un débitmètre de pointe pour mesurer la vitesse maximale de votre souffle. Il ne mesure pas la quantité d’air que vous pouvez expirer. Il peut être effectué à la clinique, au cabinet du médecin ou à la maison. Les manières de confirmer une amélioration liée au traitement varient selon l’âge.

  • Les enfants de 6 à 17 ans inhaleront un médicament pour réduire l’inflammation des voies aériennes pendant quelques semaines, puis on répétera le test.
  • Les adultes (18 ans et plus) peuvent :
    • Inhaler un médicament pour détendre les muscles contractés autour de leurs voies aériennes et répéter le test pour voir la réaction après environ 15 minutes.
    • Inhaler un médicament pour réduire l’inflammation des voies aériennes et répéter le test pour voir la réaction après quelques semaines.
    • Faire le test à la maison matin et soir pendant environ deux semaines et enregistrer les résultats. Votre équipe soignante examinera les résultats pour détecter toute différence confirmant l’obstruction du débit d’air de vos voies aériennes.

Test de provocation – Ce test est plus compliqué, car il implique un test de spirométrie avant et après une épreuve pour vérifier si vos voies aériennes se rétrécissent. On fait d’abord un test de spirométrie. On passe ensuite à une épreuve de provocation qui consiste généralement à inhaler une petite quantité de médicaments, mais qui peut parfois inclure de l’exercice. On refait un test de spirométrie après chaque épreuve. Vous inhalerez un médicament pour détendre rapidement les muscles autour de vos voies aériennes, puis on répétera le test de spirométrie.

Observation concernant les enfants de 1 à 5 ans – Puisque les jeunes enfants ne sont pas en mesure d’effectuer des tests respiratoires, il convient de suivre certaines étapes pour confirmer le diagnostic d’asthme : soit un membre de l’équipe soignante documente les signes d’obstruction du débit d’air (p. ex., respiration sifflante ET amélioration après traitement), soit les parents signalent des symptômes et une amélioration après traitement.

Quelles sont les causes de l’asthme?

Il n’y a pas de réponse claire à cette question. Certains facteurs peuvent vous rendre plus susceptible de développer l’asthme. Toutefois, le simple fait de présenter ces facteurs ne signifie pas que vous serez atteint-e d’asthme :

  • Antécédents familiaux : Des membres de votre famille sont atteint-es d’asthme
  • Allergies : Vous avez une maladie allergique comme le rhume des foins (rhinite allergique), l’eczéma ou d’autres allergies
  • Fumée secondaire : Enfants dont la mère a fumé pendant sa grossesse et/ou qui ont grandi dans une maison enfumée
  • Infections pulmonaires durant l’enfance : Certaines infections virales contractées au cours des deux premières années de la vie 
  • Pollution de l’air intérieur et extérieur : Des recherches ont montré que les personnes qui vivent près d’autoroutes majeures et d’autres lieux pollués sont plus susceptibles de développer l’asthme, de même que les enfants qui grandissent dans des maisons où il y a des moisissures ou de la poussière 
  • Milieu de travail (asthme professionnel) : Personnes qui occupent certains types d’emplois

Dernière mise à jour : 14/12/2021