Joanne Cormier

Joanne Cormier

Une nouvelle paire de poumons : Joanne Cormier

Joanne Cormier, double greffée des poumons de Willingdon, Alberta, dit que sa vie a déjà changé pour le mieux depuis qu’elle a reçu ses nouveaux poumons. Elle est reconnaissante à son donneur et à l’Association pulmonaire, qui lui a fourni un soutien essentiel.

À présent, elle respire mieux. « Il n’y a pas de mot pour décrire ma gratitude (à l’égard de la famille du donneur) », affirme Mme Cormier. « Que dire à quelqu’un qui nous a fait un si grand cadeau? Merci ne suffit tout simplement pas. »

L’Association pulmonaire de l’Alberta et des Territoires du Nord-Ouest offre du soutien financier aux patients de l’extérieur et à leurs soignants qui, comme Mme Cormier, doivent passer de longs mois à Edmonton avant, pendant et après leur intervention chirurgicale.

« On m’a remis une bourse de 1 000 $, puis l’Association pulmonaire m’a donné 600 $ pour m’aider à payer mon loyer en résidence pour patients externes, et j’ai reçu 200 $ de nourriture et 200 $ d’essence pour mes déplacements. Ça m’a enlevé un poids des épaules. »
Depuis sa greffe salvatrice, Mme Cormier est soulagée de ne plus avoir à être attachée à une bombonne d’oxygène 24 heures sur 24, sept jours par semaine.

« Je me sens très bien — 100 % mieux qu’avant », note Mme Cormier, qui s’est battue quatre ans contre la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) avant sa chirurgie du 28 avril 2014.

La MPOC est une maladie qui endommage graduellement les voies aériennes — les tubes qui font entrer et sortir l’air des poumons. Elle fait en sorte que ces voies aériennes s’enflent et deviennent bloquées par du mucus. Elle endommage également les minuscules sacs d’air aux extrémités des voies aériennes, rendant la respiration extrêmement difficile.

Cette mère de deux enfants explique que sa maladie a été causée par ses plus de 30 ans de métier en tant que serveuse et barmaid dans un bar rempli de fumée.

Mme Cormier a hâte de recommencer à jouer aux fléchettes — une chose qu’elle ne pouvait plus faire avant sa chirurgie — et de s’adonner au jardinage.

Dernière mise à jour : 05/06/2019